Jean-Pierre CASTEL


CASTEL, un nom qui claque comme un oriflamme malgré la moiteur de la fin de cet été 2011. Jean-Pierre Castel … ; Malheureusement, nous ne croiserons plus ce landais à la langue précise matinée de patois et d’humour, bourrée de courtoisie et de discrétion. Pourtant, il n’a pas fini de nous inspirer. Nous l’admirons, il a su tissé un fil directeur qui nous guide et aujourd’hui, de manière prégnante.

CASTEL, un neurochirurgien de la seconde moitié du XXe, attentif, prévenant pour ses patients, passionné par le domaine de la pathologie vasculaire cérébrale.

CASTEL, c’était l’innovation au service de la communauté. Il a su déployer cette qualité dans deux fonctions dont les directions prises ont été cruciales pour les suivants. A La Présidence de la Société Française de Neurochirurgie, la construction d’un groupe, des idées, des rénovations, des réflexions qui confère à la Société ce rôle de lieu d’échanges. Et puis, il y eut la revue NEUROCHIRURGIE, un engagement comme je crois il aimait. La revue a atteint un niveau de qualité indiscutable sous son impulsion. Il en a transformé la maquette, le contenu, et c’est aujourd’hui un héritage difficile à maintenir à ce niveau ; il nous le rappelle, nous en avons la responsabilité.

CASTEL, c’était la capacité à rompre les frontières entres les spécialités par la création d’une unité neurovasculaire, puis la création de la Société Française de Neurovasculaire, dont on connaît aujourd’hui le niveau d’excellence.

CASTEL, c’est un précurseur. Qui a oublié le congrès insolite d’Arcachon ? Le congrès au service de l’échange, de la rencontre dans l’atmosphère romantique du bassin où il aimait pêcher. Ce format si original est en passe, aujourd’hui, de devenir le format conventionnel de nos réunions.

Nous l’entendons nous dire « cessez votre discours elliptique » alors nous nous interrompons, Monsieur, Tu nous manques déjà mais nous ne vous oublions pas…